Articles marqués : Proposition

Proposition formelle menant à la chute du gouvernement Charest

Lundi, le 16 avril 2012, je soumettrai la proposition suivante lors de l’assemblée générale de l’AFESH. Il s’agit d’une schématisation formelle de l’idée que j’ai évoquée dans un article précédent. Si vous souhaitez présenter ce type de proposition lors de vos assemblées générales respectives, je vous invite à utiliser le texte suivant en y apportant, si vous le jugez nécessaire, des modifications. Avant de procéder, je tiens à remercier tous les gens qui ont témoigné leur intérêt pour cette proposition. Vos nombreux commentaires furent très appréciés!

Proposition menant à la chute du gouvernement Charest

Considérant que le mouvement étudiant gagnerait à maintenir fermement sa position à propos du gel des frais de scolarité tout en offrant une solution pour résoudre le conflit.

Considérant qu’utiliser l’élément de surprise pour attaquer ses adversaires là où ils sont le plus vulnérable constitue nécessairement une excellente stratégie.

Considérant que le gouvernement Charest est fortement lié à un nombre croissant de cas de corruption, de trafic d’influence et de fraude électorale bien documentés et soutenus par des témoins directs.

Considérant que l’insatisfaction de la population québécoise concernant les orientations du gouvernement actuel atteint des sommets historiques et que le déclenchement d’élections au cours des prochains jours précipiterait sa défaite.

Considérant que le mouvement étudiant ne doit s’attendre à aucune manifestation de bonne volonté venant de dirigeants qui n’ont plus la légitimité nécessaire pour gouverner.

Considérant que l’adoption d’une position claire à la fois contre la hausse des frais de scolarité et contre la présence du gouvernement Charest à l’Assemblée Nationale attirerait, encore plus qu’à présent, la sympathie de l’opinion publique – ce qui inclut aussi sa frange la plus réfractaire à la grève ou au gel – envers le mouvement étudiant, décuplant implicitement son rapport de force avec le gouvernement.

Considérant qu’il n’existe aucune démonstration de force plus magistrale pour un mouvement social que de faire tomber un gouvernement.

Il est proposé que les membres de l’AFESH maintiennent fermement leur position en regard au gel des frais de scolarité tout en acceptant de mettre fin à la grève sans délai si le gouvernement Charest déclenche des élections générales au Québec.

Encore une fois, je vous invite à diffuser massivement cette proposition si elle vous parait audacieuse et efficace. Ensemble, prenons la liberté de montrer la sortie au gouvernement Charest!

Eric Lécuyer

Membre du comité exécutif du département de sciences des religions

Catégories : Grève générale 2012, Politique et société | Mots-clés : , , , , | 5 commentaires

Proposition menant à une résolution immédiate du conflit étudiant

Le mouvement étudiant et le gouvernement de Jean Charest sont présentement dans une impasse. Comme aucune des deux parties n’est prête à revenir sur ses positions en regard à la hausse des frais de scolarité, nous pouvons présumer qu’aucune négociation d’ordre économique ne puisse porter fruit. Ce faisant, il est impératif de trouver une solution satisfaisante en dehors d’un cadre strictement financier en forçant le gouvernement à négocier sur un tout autre terrain.

En ce sens, notre proposition offre une issue strictement politique au conflit : quand le gouvernement refuse d’écouter la population qu’il a le devoir de représenter, la population a le devoir de changer de gouvernement. Nous devons cesser de perdre notre temps à essayer de négocier avec des dirigeants outrageusement corrompus, vendus aux compagnies d’asphalte, aux firmes de génie-conseil ainsi qu’aux autres grands argentiers du parti.

Notre proposition va précisément dans cette voie :

L’ensemble de la communauté étudiante en grève accepte de retourner en classe immédiatement après le déclanchement d’élections générales au Québec.

Voyons maintenant ce que notre proposition implique.

Le gouvernement sera sérieusement mis dans l’embarras. Le mouvement étudiant offrirait à Jean Charest la possibilité de mettre fin à la grève instantanément en mettant ses sièges en jeu. S’il accepte, il entrera en période électorale dans les pires conditions imaginables, étant détesté par une écrasante majorité de l’électorat et devant composer avec la prémisse d’un certain printemps québécois. Les étudiants seront également en mesure de canaliser l’énergie de leur mouvement dans des actions servant à contrer une hypothétique réélection de Jean Charest.

Or, si ce dernier refuse, il démontrera incontestablement la faiblesse de sa position. Tous pourront alors constater qu’il n’est rien d’autre qu’un poltron qui s’agrippe obstinément au pouvoir sans l’accord de la population. La grève continuerait, les infrastructures seraient encore quotidiennement bloquées et des fonds publics seraient toujours dilapidés pour payer les mercenaires gazeurs de foules. Avec notre proposition sur la table, la collectivité québécoise aura tôt fait de demander des élections au plus vite, à la fois pour mettre fin à la grève et pour montrer la porte au gouvernement Charest.

Vous aurez compris qu’il s’agit d’un pari qui nous condamne à la victoire. Nous pouvons à la fois maintenir fermement nos revendications, retourner en classe et changer de gouvernement. Avec l’atmosphère d’effervescence printanière qui a cours actuellement au Québec, nous pourrions difficilement imaginer un meilleur timing pour le déclenchement d’une élection générale. Jean Charest le sait et c’est pour cette raison qu’il tente de repousser à son ultime limite la date du scrutin. Obligeons-le à tester la volonté du peuple!

Si cette proposition vous interpelle, si vous pensez, comme nous, qu’il s’agit de la seule solution qui puisse nous faire sortir du conflit la tête haute, nous vous invitons à la propager partout autour de vous et à en proposer l’adoption dans vos assemblées générales respectives.

Nous vaincrons,

Eric Lécuyer

Membre du comité exécutif du département de sciences des religions de l’UQÀM

Retour sur l’assemblée de l’AFESH

Vous pouvez consulter la proposition officielle ici.

Je vous invite aussi à lire « Une solution philosophico-politique » par Marc-Antoine Fournelle

Catégories : Grève générale 2012, Politique et société | Mots-clés : , , , , | 50 commentaires

Propulsé par WordPress.com.