Un monde si proche – Richard Martineau et la baisse des pensions de vieillesse

Ce texte a beau être une fiction, toute ressemblance avec la réalité n’est pas du tout fortuite. Ce dialogue est un hommage que je dédie à tous les non-étudiants qui supportent notre lutte contre la hausse et qui comprennent que ce combat est celui de toute notre collectivité.

–          Toc toc toc.

–          …

–          Toc toc toc. Madame Lécuyer?

–         

–          TOC TOC TOC. Madame Lécuyer!

–          Ouayons…qu’est-cé…C’est qui?

–          C’est Richard Martineau, Madame. Je suis journaliste.

–          …

–          Je visite votre hospice pour connaitre l’opinion des résidents sur la baisse des pensions de vieillesse.

–          …Attendez minute. La dame ouvre lentement la porte.

–          C’était long! Vous vous prélassez souvent comme ça en plein après-midi?

–          Ben…je faisais une petite sieste…j’étais fatiguée…

–          Ah oui! « Fatiguée » [il fit des guillemets avec ses doigts]. En tout cas…Comme vous l’avez vu aux nouvelles, le gouvernement n’a plus assez d’argent pour payer vos pensions de vieillesse astronomiques comme avant. Il commençait à être temps que vous fassiez votre part pour les finances publiques, vous trouvez pas?

–          Franchement, Monsieur! J’avais déjà assez de misère à arriver avec ce qu’on me donnait, je sais pas comment je vais faire astheure…

–          Ah! Oh! Lâchez-moi avec ça! La baisse va juste vous enlever une dizaine de piastres par jour. C’est quoi dix piastres pour vous dans le fond?

–          Mais je vous le dis que j’arrive pas! Presque toute mon argent va à la résidence. Il me reste pas grand-chose à la fin du mois.

–          Ouais, ouais…c’est ça. Moi là, à chaque fois que je va au centre d’achats, y’a plein de petits vieux qui jasent à’ journée longue en buvant des cafés! Ils se font faire des permanentes, ils s’achètent des gratteux, ils vont flasher dans les bingos…Coupez là-dedans pis vous allez voir que vous avez les moyens de faire votre part!

–          Bin là! On a bin le droit de se désennuyer un peu!

–          Se désennuyer…À vous entendre, c’est tout ce qui compte pour vous avoir du fun!  Pendant que vous êtes assise à rien faire, les payeurs de taxes sont à job. Y travaillent à la sueur de leur front pendant que vous mangez des klendaks en regardant la Fosse aux lionnes. Vous menez la grande vie pas à peu près!

–          Ah bin câlisse! J’ai passé toute ma vie à élever mes enfants! J’ai bin le droit d’avoir la paix à l’âge que j’ai.

–          Justement, parlons-en de vos enfants. Pourquoi c’est l’État qui doit payer pour vous? C’est à vos enfants de financer votre style de vie de diva. Ce n’est pas très cher dix piastres par jour. Ils avaient juste à prévoir que la baisse des pensions de vieillesse était inévitable et, tout au long de leur vie, ils auraient pu mettre, petit peu par petit peu, cet argent-là de côté. Le maintien de la qualité de vie des vieux, c’est un investissement individuel, pas collectif.

–          Que je vous vois mêler mes enfants à ça! Y ont en masse de leur vie à vivre comme ça. Sont bin assez imposé de même…ils paient déjà pour moi avec leurs taxes! Pis à part de ça, ma part, je l’ai fait pis j’la fait encore.  Je travaille une journée par semaine pour une amie de ma fille. Ça me fait du bien, je vois du monde pis ça m’occupe. Je peux pas en faire bin bin plus par exemple à cause de mon arthrite pis de mes traitements à l’hôpital…

–          Oooh…vos trai-te-ment-à-l’hô-pi-tal…La belle excuse! C’est encore nos taxes qui paient ça. Vous allez me faire croire que vous êtes à l’hôpital 24 sur 24, 6 jours par semaine? Si vous vouliez travailler plus, vous pourriez travailler plus! Avouez le donc!

–          Mon grand effronté toé!

–          Ah, v’là les attaques personnelles maintenant. Moi j’arrive chez vous après que vous m’ayez invité à entrer, j’essaie d’avoir une discussion neutre, raisonnable avec vous pis c’est comme ça que vous me traitez. Je commence à comprendre quel genre de personnes vous êtes, vous et votre gang de l’hospice. Vous êtes des sans cœur, des égoïstes qui pensent juste à leur petit nombril et quand vient le temps de faire votre modeste part, vous vous mettez à insulter le contribuable. Comment osez-vous mordre la main de celui qui vous nourrit?

–          Ha! Ha! Ha! Gros innocent…je te vois venir avec tes grands sabots. Des comme toi, j’en ai vu en masse dans ma vie. Ça arrive avec ses grands airs en descendant du bureau du grand boss pis ça va dire aux gars de l’union qu’ils chialent pour rien, que la compagnie est trop pauvre parce que les gars travaillent pas assez. T’es pas le premier yesman qui vient essayer de me dire quoi faire pis t’es sûrement pas le dernier. Mais tu sauras que des vendus comme toi, ça m’énarve plus bin bin à l’âge où chus rendu. Ce qui m’inquiète par exemple, c’est mes petits-enfants. C’est tu eux autres les prochains sur ta liste? Tu vas-tu avoir le culot de leur dire qu’ils paient pas assez cher pour leur école, après tous les sacrifices qu’on a fait pour qu’y puissent y aller? Que c’est à leur parent de payer plus? Que ce te brave monde-là fait pas assez sa part? Essaie, juste pour le fun…essaie. La gang qui te paye pour écoeurer le peuple est en train de se mettre tout le monde à dos! Quand je vas voir que le monde de la résidence, que mes enfants pis que mes petits-enfants en arrachent à cause des épais comme toé, tu vas voir que t’auras pas fini d’entendre parler de nous autres! On va se mettre ensemble pis là, ton système de pourri va manger la volée de sa vie!

La porte se ferme violemment à la figure du moulin à opinions.

Martineau haussa les épaules et dit à son caméraman : « Bah! On la coupera au montage. ».


Advertisements
Catégories : Chronique de la haine ordinaire, Grève générale 2012 | Laisser un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment ce contenu :